🎁 Profite de notre contenu GRATUIT

Cake design pro : 7 erreurs à ne pas faire

Douée en cake design, tu souhaites lancer, ou tu as lancé ton entreprise, mais il est possible que les choses ne se passent pas comme prévu. 

Disons le franchement : faire du cake design et vendre du cake design sont deux choses tout à fait différentes.

On est d'abord appelé par le côté fun du job (les gâteaux) et puis on réalise que la couche de gestion d'entreprise est ENCORE plus épaisse que le reste. 

Désolée de vous l'apprendre, mais pour gagner sa vie, il faut avoir un business, pas un hobby !

Dans le cadre d'une autre activité, je discute régulièrement avec cake designers professionnelles qui partagent un objectif simple : vivre de leur passion. Et j'entends bien ! Mais je me suis donnée pour mission de recadrer un peu les choses et donc, d'aborder des sujets qui pourraient déplaire car un cake designer averti en vaut deux. 

Voici donc, dans un ordre aléatoire, les erreurs les plus fréquentes que j'ai pu constater en observant des gens avec qui je travaille. Je ne dis pas que ces erreurs peuvent vous coûter la réussite (quoique...) et j'entends déjà venir les "oui, mais unetelle, elle ne fait pas ça et pourtant....". Le genre d'argument à la sauce "alignement sur l'exceptionnel" qui , en plus d'être de l'ordre de l'exceptionnel, se base sur la perception qu'on a de untelle parce que sur les réseaux sociaux on a vu que...

0) Ne pas se prendre pour un chef d'entreprise. 

Je parle "dans la vie de tous les jours". Si dire tout haut "je suis chef d'entreprise, je dirige, je suis la patronne " te fait tout bizarre, alors travaille ton état d'esprit. Tu dois "transpirer" le chef d'entreprise. Même dans les détails, dans ta manière de communiquer, dans ta manière de te présenter, dans tes lives sur Facebook, dans ton adresse mail, dans tes photos...Après tout, c'est ce que tu es. Non ? La première impression compte tellement. Si tu ne veux plus être "la fille qui fait des gâteaux", alors imprime que tu es beaucoup plus que ça. C'est qui le patron ?

1) Ne connaitre clairement les normes d'hygiène

Je ne pouvais pas commencer par autre chose. Donc voilà, si tu ne connais pas les normes d'hygiène, alors clairement, tu ne te prends pas au sérieux. Parce que oui, pour appliquer les normes d'hygiène, il faut les connaître. Renseigne toi, cherche, décroche ton téléphone, tu n'es pas la seule. Les sons de cloches sont parfois contradictoires, c'est vrai, mais ensuite vient le bon sens. 

2) Ne pas avoir de site web

Oui, une page Facebook, c'est gratuit, mais Facebook, ce n'est pas chez toi et Facebook ce n'est pas le service public : Facebook ne doit rien à personne. Le jour où Facebook décide de tuer ta visibilité, tu n'auras que tes yeux pour pleurer. Quelle entreprise digne de ce nom n'a pas de site internet et son propre nom de domaine en 2020 ? Il existe des solutions très peu chères, avec peu de maintenance et hyper abordables techniquement pour avoir un site web. 

➡️ Dans le Club, j'ai dédié un épisode spécialement à cette question et je vous y présenterai des solutions faciles qui vous permettent de faire vous même votre propre site, avec un minimum de moyens.  Inutile d'avoir des tonnes de pages, toujours dans le Club, vous trouverez bientôt une checklist qui va vous guider dans le contenu minimal à mettre sur votre site. Le must ? Je connais un peu la question, et je serai ravie de vous aider. 

3) Ne pas connaître ses chiffres

Moi j'adoooooorrre les chiffres ! Mais je conçois plus que parfaitement que cela ne soit pas le cas de tout le monde. Au passage, une fois passé le prix, on en parle peu, sauf que le prix c'est une toute petite partie des chiffres. Piloter une entreprise nécessite de prendre des décisions et prendre des décisions nécessite de pouvoir s'appuyer sur des chiffres très souvent. Connaître ses marges, ses coûts, et ce, de manière très très fine n'est absolument pas optionnel. 

➡️ Dans la série du Club intitulée "Gagner de l'argent", je me suis attaquée à ce sujet notamment à travers les bénéfices. Mais promis, nous irons plus loin concernant les chiffres. Les chiffres, c'est vraiment LE truc qui vous permet d'optimiser votre fonctionnement, d'économiser du temps, de l'argent... 

4) Ne pas avoir d'image de marque (branding)

Je rejoins un peu le point 0... Je ne sais plus qui disait "Votre marque parle pour vous en votre absence"... ou un truc du genre. L'idée c'est que votre marque, l'image qu'elle dégage (la qualité), à travers son aspect visuel (logo, charte graphique), votre manière de vous exprimer, ses valeurs... véhiculent des sentiments qui vont toucher vos clients et déclencher l'achat. Dans son livre Buyology, Martin Lindstrom, qui a mené de grosses études sur la psychologie de l'achat explique que, avant même de connaître les prix, un client sait déjà si il est susceptible d'acheter ou pas. L'image de marque y est pour beaucoup. 

Enfin bref, pour être reconnaissable, vendre plus facilement et donner envie d'acheter, travaillez votre marque et votre marque, souvent, c'est vous !

5) Ne pas vendre ses gâteaux au juste prix

Je ne vais pas m'étaler sur le sujet, tant il est vaste. Involontairement ou pas, il découle d'ailleurs du point n°3. Mon expérience me fait juste dire que souvent, c'est une question de blocages mentaux : "je ne peux pas vendre aussi cher", "personne ne va acheter m'acheter un gâteau si je le vends à ce prix là", "je débute donc je dois vendre pas cher"... Vous voyez où je veux en venir ? Ce sont des blocages mentaux : notre propre perception de l'argent, notre histoire avec l'argent influe (ici de manière négative) sur nos décisions. 

Cela devient carrément triste quand les blocages mentaux empêchent de vendre, ou pire encore, font vendre à perte. Franchement, ça me fait mal au coeur.  ET C'EST DUR, je sais ! Il s'agit d'état d'esprit et un état d'esprit, c'est difficile à changer mais ça se travaille ! 

DUR d'entendre les clients qui rabâchent "il y a moins cher ailleurs" . ✋ Réponse : qu'ils y aillent, ce ne sont pas vos clients visiblement

DUR de facturer des prix que vous même n'auriez pas payé. ✋ Réponse : vous n'êtes pas vos clients !!! Est-ce que vous voulez des clients aussi fauchés que vous ou bien vous voulez des clients qui payent la qualité de vos services ?   

DUR de voir la concurrence qui baisse ses prix . ✋ Réponse : ne vous fiez pas à ce que vous voyez. Le prix c'est la partie visible de l'iceberg. Si ça se trouve, ses marges sont riquiqui, son modèle économique n'est pas rentable, elle ne pourra pas kiffer comme vous pendant la retraite, elle ne se versera jamais de salaire, elle doit faire tellement de gâteaux pour que ce soit rentable qu'elle s'épuise plus que nécessaire... 

➡️ Là dessus, je vous propose(rais) des échanges communautaires dans le cadre du Club. Pourquoi ? Parce que les blocages des uns ne sont pas les blocages des autres et que les échanges peuvent permettre une réflexion personnelle. 

6) Accepter toutes les commandes

On en revient là aussi au point 3. Non, toutes les commandes ne sont pas à prendre ! Les seules commandes intéressantes sont celles qui vous rapportent un minimum de marge (allez, je vais le dire 65% de marge nette). En dessous de ce minimum, ce n'est pas la peine de lever le petit doigt. Passez du temps sur une autre commande plus rentable, sortez avec votre moitié, passez du temps avec vos enfants... Votre temps vaut plus que de l'argent, il vaut plus qu'une commande non rentable !!

Les commandes de dernières minutes, elles, doivent être réalisables et de manière aussi confortable que possible. De fait, le client n'aura peut être pas autant de choix qu'une commande passée à l'avance, et peut être même qu'il devra payer un surplus pour cette réalisation dans l'urgence (dans un monde parfait). 

7) Perdre du temps sur les réseaux sociaux

Non mais tu comprends, la compta, faire de la pub, recontacter d'anciens clients à l'approche d'une date clé, trouver un moyen de vendre des gâteaux en gros, ça prend du temps. En revanche, tu passes DES HEURES ET DES HEURES (sans t'en rendre compte, parce que ça va vite) sur ta page Facebook et/ou dans les groupes et/ou sur IG, à partager des photos avec un stupide algorithme qui les montrera à 3 pékins qui, en plus, habitent à l'autre bout de la France ??? Sérieusement ? Alors oui, c'est certain, les likes , les "waouh magnifique" , la notoriété de réseaux sociaux, ça fait kiffer. On est tous coupables de vanité, au fond, et c'est humain. Mais les likes, ça ne paye pas les impôts. 

➡️  J'ai une petite suggestion. (Seulement) 15 minutes par jour sur Facebook pendant 1 semaine, ça fait quasi 2H. Ça tombe bien : pendant 90 minutes, tu peux recevoir ensemble 3-4 wedding planners de ta region, leur présenter ton travail sur des dummies, parler de toi de ce que tu fais, leur faire gouter tes trucs, leur expliquer que tu vas leur verser X% pour chaque commande apportée. Et ÇA, ça fait vivre ton entreprise... mais ça rapporte zero likes ! A toi de voir !

Ayé ... 7 erreurs c'est bien ! 

Les 7 erreurs, le jeu des 7 familles, les 7 péchés capitaux, 7 jours de la semaine... Je vais donc m'arrêter là, c'est un bon début. On pourrait y passer beaucoup plus longtemps, mais je pense déja que corriger ces 7 erreurs est un très bon début. 

Pour aller plus loin sur des sujets de ce type, je vous invite une fois de plus à nous rejoindre au sein du Club (des professionnels). Quoi qu'il en soit, gardez bien en tête que l'erreur est humaine, que la perfection n'existe pas, vous n'êtes pas seul(e) et que finalement, tout cela, c'est un marathon. 

A bientôt. 

Livy. 

N'hésite pas à nous rejoindre et à profiter de notre contenu offert

Tu recevras également des informations concernant l'actualité du site. Pas d'inquiétude, tes données sont notre plus grand secret.

Je veux voir le contenu gratuit
Close

50% fini

Viens, on fait des gâteaux beaux et bons. 

Rejoins la communauté : tu recevras des astuces pour faire de meilleurs gâteaux ainsi que des nouvelles concernant les cours en ligne.